Total : 2601
En attente : 27

Sexe
Soumis
Mature


Histoires par auteur

Hetero (781)
Entre hommes (198)
Entre femmes (62)
Transexuelle (69)
Premiere fois (219)
A plusieurs (768)
Jeune adulte (119)
Mature (57)
Soumis,soumise (242)
Inclassable (113)

Je suis devenue une salope 2
BAISEE PAR LA BELLE QUEUE DE KAMEL
femmes dépravées
clairière
elle en veut encore plus !













La première fois de ma femme avec une femme

Ecrit par Alain
Parue le 07 avril 2019
Il y a 1 commentaire pour cette histoire


Cette histoire érotique a été lue 909 fois | Cette histoire erotique a une note de : 14/20

Noter ce récit erotique !


Avant de lire ce récit bien réel, je vous invite à lire mon premier récit « Première pipe avec un copain » publié dans la catégorie « Entre hommes ». Vous ne voyez pas le lien entre les deux récits ? Lisez le premier texte et vous comprendrez le pourquoi de celui-ci.
Il est important que vous connaissiez le contexte qui a amené ma femme à faire l’amour avec une femme.


Après qu’elle m’eût exprimé son fantasme (me voir faire l’amour avec un homme), j’ai dit à ma femme Donatella, que j’étais d’accord pour le réaliser, mais j’ai posé une condition : qu’elle fasse l’amour avec une femme. Il y avait longtemps que je lui avais fait part de ce fantasme que j’avais de la voir au lit avec une femme, mais elle n’avait jamais répondu à mon désir. Chaque fois que j’évoquais la question, elle ne répondait pas vraiment ou alors me disait qu’elle allait y réfléchir.
Les années avaient passé, j’avais abandonné l’espoir de la voir dans les bras d’une femme.

Après avoir lu mon récit de ma découverte du sexe avec un copain, elle m’a révélé avoir un grand fantasme : me voir avec une bite dans le cul, j’ai saisi l’occasion pour remettre mon propre fantasme sur le tapis. J’étais d’accord à la condition qu’elle fasse d’abord l’amour avec une femme et que je puisse assister à leurs ébats. Alors, et alors seulement, je lui promettais la réalisation de son envie : me regarder me faire enculer par un homme.

A ma très grande surprise, elle a acquiescé immédiatement et elle a tout de suite téléphoné à une de ses confrères, avocate comme elle. Au départ c’était une amie de ma femme que j’avais eu maintes fois l’occasion de rencontrer. Elle et son mari, magistrat au tribunal de première instance, avaient fini par devenir de très bons amis à nous.

Olivia, qui a toujours eu envie de faire l’amour avec Donatella, aux dires de ma femme, a bien sûr donné son accord sans hésitation.
Ma femme lui a fixé un rendez-vous pour le jeudi matin et le jour dit, Olivia est arrivée chez nous vers 14 heures. Elle était en tailleur bleu, chemisier parme, bas couleur chair et hauts talons.
Ma femme aussi était pimpante avec une jupe grise et un pull en mohair vert, bas noirs très fins et escarpins noirs. Toutes les deux étaient merveilleusement maquillées, juste ce qu’il faut pour rehausser leur beauté naturelle. Inutile d’en faire trop, même sans maquillage ce sont toutes les deux de superbes femmes.

Ma femme a rappelé à Olivia qu’elle acceptait de faire l’amour à la condition que je sois présent pour les regarder s’aimer. Olivia a répondu :

- C’est encore plus excitant ainsi.

Les deux femmes se sont assises sur le divan et ont commencé à se bécoter tendrement. Elles se donnaient de petits bisous sur la bouche. Ce petit jeu a duré un peu puis Olivia a sorti sa langue et l’a passée sur les lèvres de ma femme. Donatella a entrouvert sa bouche et Olivia a poussé sa langue dedans pour un baiser très tendre et langoureux.

C’était un spectacle d’une grande délicatesse, magnifiquement érotique. Aucune violence, rien que de la douceur, de la tendresse, de la sensualité. Ma femme, de réservée au début s’est dégelée et a rendu à Olivia son baiser. Ce fut à la fois tendre et fougueux. Les langues s’enroulaient, se taquinaient, se butinaient. Les deux femmes reprenaient leur souffle, puis repartaient dans un baiser passionné.
Les mains sont entrées en action et Olivia a commencé à parcourir le ventre et le buste de ma femme. Elle lui palpait délicatement les seins et les trituraient délicatement. M femme, de son côté caressait les cheveux et le dos de sa belle amie avocate.
Les doigts d’Olivia ont commencé à passer sous le pull de Donatella et elle lui pelotait ses gros seins avec plaisir, les deux bouches toujours collées dans un sensuel baiser torride.

Assis dans un fauteuil, inutile de vous dire que ma queue était dure, dans mon boxer. J’avais envie de la sortir et d’aller l’offrir aux femmes. Mais je n’étais pas là pour cela, seulement pour regarder. Après avoir attendu tant d’années que ma femme me fasse ce beau cadeau, je n’allais pas me priver de mater ces belles femmes chaudes.

Ma femme a déboutonné le chemisier d’Olivia l’a fait glissé et a commencé à dégrafer le soutien-gorge bleu clair d’où deux beaux gros seins aux gros mamelons foncés sont sortis. Donatella a trituré les mamelons qui n’ont pas tardé à durcir et à pointer. Elle les pinçait délicatement entre le pouce et l’index. Se doigts tournaient autour des pointes dures. Olivia gémissait en embrassant ma femme.

Donatella a fait mettre Olivia sur le dos et elle lui a léché les seins. Sa langue est ensuite descendue vers son pubis lisse et elle l’a bécoté. Puis elle a écarté les belles jambes gainées de bas et elle a léché l’abricot de sa confrère avocate.

Je croyais rêver. Ma femme qui avait toujours refusé de faire l’amour avec une femme était bel et bien en train de brouter la chatte d’une femme. Et elle savait y faire, la garce, car les gémissements de plaisir d’Olivia ne laissaient aucun doute à ce sujet. J’avais cru que ma femme serait un peu inhibée, je m’apercevais au contraire, qu’elle prenait la direction des opérations.

Olivia a remonté ses jambes vers elle et ma femme a littéralement aspiré les lèvres de son sexe congestionnées de plaisir. La langue de ma femme entrait le plus profondément possible dans la chatte qui s’offrait à elle sans pudeur.

Olivia s’est mise en levrette et ma femme a repris son cunnilingus sensuel et bandant. J’ai dû me pincer pour me dire que je ne rêvais pas quand la langue de Donatella a commencé à titiller la rondelle d’Olivia. Ma femme avait toujours refusé catégoriquement de me faire une feuille de rose, malgré mes demandes répétées, alors qu’elle-même adore quand je lui lèche le cul, et voilà qu’elle donnait à son amie ce qu’elle m’avait toujours refusé.

J’avoue que j’étais à la fois vexé de constater cela et en même temps très excité de la voir lécher ce beau cul et pousser sa langue le plus possible dedans, toutes choses que j’aurais aimé qu’elle me fasse.
Je ne reconnaissais plus ma femme, mais j’étais heureux de sa transformation en femelle en chaleur.
Ma femme s’est mise sur le dos et Olivia est venue mettre son cul sur la bouche de Donatella qui a continué sa feuille de rose excitante à souhait.

- Tu es une amante exceptionnelle, Donatella, a dit Olivia. Il y avait bien longtemps que je rêvais d’une étreinte avec toi. Je n’imaginais pas que tu serais une aussi bonne amante. J’ai d’ailleurs du mal à imaginer que tu n’as jamais fait l’amour avec une femme. J’ai des doutes.

Donatella ne pouvait lui répondre, trop occupée à bouffer le cul de son amie, mais c’était pourtant le cas. Jamais je n’avais vu Donatella dans les bras d’une femme. Ou alors, c’était en mon absence, ce que je n’imaginais pas un seul instant.

- Vient dans la chambre, a dit Donatella.

Et ce fut au tour d’Olivia de s’occuper de ma femme. Elle commença par lui mordiller délicatement les seins tout en triturant sa fente avec ses doigts. Ma femme mouillait comme une dingue et les doigts d’Olivia étaient luisants de cyprine. Elle les a mis dans la bouche de ma femme qui les a léchés avec délectation.
Puis elle est évidemment descendue jusqu’à la fente bien ouverte de ma femme et elle lui a fait un très long cunnilingus, la conduisant jusqu’au bord de la jouissance mais dosant parfaitement le timing. Ma femme était au bord de l’orgasme mais Olivia relâchait toujours la pression et ma femme se retrouvait frustrée, pour la bonne cause.

Ella a fait mettre Donatella sur le ventre et elle est venue passer sa langue le long de sa colonne vertébrale pour terminer sur sa rondelle de salope, qu’elle a léché tant et plus. Ma femme gémissait comme une folle et se tortillait le cul pour enfoncer la langue de son amante dans son cul.

Je me triturais la queue, dure come du bois et je devais faire des efforts inouïs pour ne pas me branler et exploser.

Les deux avocates se sont mises en 69, et tout en se léchant leur abricot, elle se doigtaient le cul avec un doigt qui entrait puis sortait, entrait de nouveau dedans, puis elles le tournaient come une vrille. C’était incroyablement sensuel, et érotique. Les avocates et avocats du palais de justice imaginaient bien peu que leurs deux consoeurs se gouinaient avec passion.
Ma femme était déchaînée, et son excitation n’était pas feinte. On la sentait comme un peu en transe, ne s’occupant plus de ce qui passait ailleurs. Elles avaient oublié ma présence et s’aimaient passionnément.

Elle ont repris leurs esprits et se sont positionnées en ciseaux pour une séance de tribadisme de folie.

Les chattes collées l’une contre l’autre, elles ont commencé à se frotter lentement, sensuellement, en se regardant droit dans les yeux. Elles ondulaient du bassin et on entendait de petits clapotis, car inutile de vous dire que les deux garces mouillaient comme des folles.
Peu à peu elles ont accéléré la cadence, en écrasant toujours plus fort leurs sexes l’un contre l’autre. Les gémissements ont augmenté d’intensité et j’ai bien vu l’orgasme venir. Chacune tenait la jambe de l’autre pour se rapprocher le plus possible. Les gémissements se sont transformés en petits gris qui sont devenue de grands cris quand leur jouissance est arrivée et que l’orgasme les a dévastées.

Couchées sur le lit, elles ont repris lentement leur souffle, ne disant rien et continuant à se chipoter doucement la fente.

Ce fut la première séance de sexe entre ma femme et sa collègue.

Quand elles se furent calmées, ma femme m’a fait venir sur le lit. Elle m’a mis sur le dos et a commencé à me lécher le sexe. Sa langue passait sur ma tige, sur mes couilles et remontait vers le gland qu’elle prenait en bouche. Sa pipe était merveilleusement bonne, comme toujours et je me concentrais sur le travail pour ne pas éjaculer immédiatement.

Olivia regardait Donatella me tailler une pipe, en se passant de temps en temps la langue sur les lèvres.

- Tu peux venir si tu veux, a dit ma femme à Olivia. Tu fais comme tu le sens.

Olivia est venue près de nous et dans un premier temps, elle a passé une main sur mon torse épilé, titillant mes mamelons qui ont réagit au quart de tour. C’était délicieux. Ma femme me suçait merveilleusement bien, elle est vraiment douée pour la fellation qui est une des choses qu’elle préfère, avec la sodomie.
Peu à peu la main d’Olivia est descendue jusqu’à mon pubis et elle a passé tendrement sa main sur lui.

Ma femme l’a regardée avec un petit sourire et Olivia a pris ma queue en main. Elle l’a branlée très doucement, sans forcer, sans insister. Puis ma femme l’a reprise en bouche. Olivia est alors descendue et elle s’est insinuée jusqu’à ma bite. Ma femme l’a poussé dans sa bouche et Olivia m’a sucé. Puis les femmes ont passé leur langue sur les côtés de ma verge raide. Elles se rejoignaient sur le gland, coincé entre leurs lèvres. Elles s’embrassaient avec mon gland qu’elles se partageaient. C’était une sensation inouïe.

Puis ma femme m’a fait mettre sur les genoux et a dit à Olivia :

- Suce-le bien, moi je vais lui lécher le cul.

Ma femme est venue derrière moi et pour la première fois de notre vie de couple, elle m’a léché ma rondelle. Je n’en revenais pas. Une telle métamorphose en une paire d’heures. Pourquoi avait-il fallu si longtemps pour qu’elle me fasse ce cadeau ? Je n’avais pas d’explication. Mais mieux vaut tard que jamais.

De temps en temps, elle arrêtait sa feuille de rose et elle enfonçait son index dans mon cul, et elle tournait son doigt dedans. Incroyable.

Ma femme a dit à Olivia :

- Vide-lui les couilles, il n’en peut plus. Olivia a pris mon gland en bouche et elle l’a aspiré entre ses lèvres.

- Attention, je vais jouir, ai-je dit pour qu’elle s’écarte. Mais elle a continué et j’ai explosé dans sa bouche, autre plaisir dont j’étais privé, ma femme n’aimant pas avoir du sperme en bouche.
Olivia a tout avalé et à continué à me sucer, c’était insupportablement bon. Jamais plus, depuis la dernière fois où mon vieux copain d’humanité m’avait sucé, je n’avais connu ce genre de plaisir.

Après cette séance, nous sommes allés prendre une douche. Je n’ai pas tardé à bander de nouveau. Je me suis couché dans la douche qui est grande et ma femme est venue s’empaler le cul dessus. Olivia s’est assise et a regardé Olivia monter et descendre sur ma tige raide. Puis, Donatella s’est mise en levrette et j’ai repris le cul de ma chère épouse. J’ai accéléré la cadence et j’ai une nouvelle fois éjaculé. Quand je suis sorti de son cul, Olivia est venue immédiatement prendre mon sexe dans sa bouche et elle me l’a nettoyé consciencieusement.

Quand ce fut terminé, ma femme est venue rouler une pelle à Olivia.

On a terminé notre toilette et on s’est rhabillé. Olivia a téléphoné à son mari pour lui dire qu’elle rentrait.

- Tu as aimé faire l’amour avec moi, a demandé Olivia à ma femme ?
- A ton avis a-t-elle répondu ?
- Oui.
- J’ai adoré, vraiment, ce fut une découverte incroyable. Je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt.
- On recommencera ?
- Quand tu veux.
- Demain ?
- Demain.

Le lendemain les deux femmes ont refait l’amour. Cette fois-ci il y eut une séance de gode ceinture et de gode-double. Puis elles se sont occupées de moi.

Depuis lors, au moins deux fois par semaine, on se retrouve à trois pour une séance de sexe torride.

Comme elle avait réalisé mon grand fantasme, la voir au lit avec une femme, j’ai bien sûr réalisé le sien : me faire sodomiser par un homme devant elle.

Je vais faire le récit de cette première fois où ma femme m’a vu avec une queue enfoncée dans mon cul, et je le posterai évidemment sur le site.

Bonne lecture à tous ceux qui prendront le temps de lire ce texte. N’hésitez pas à laisser un commentaire, bon ou mauvais, selon vos désirs.




Cette histoire est la propriété de son auteur : ne la copiez pas pour l'afficher sur un site autre qu'2222111.ru

Ajoutez un commentaire pour cette histoire erotique:


Pseudo (*):


       Votre commentaire sur cette histoire(*):




Les champs marqués d'une étoile (*) sont indispensables.



Envie de voir vos écrits publiés?


2222111.ru vous donne la possibilité de les faire partager !

Pour cela, rien de plus simple : rendez-vous sur le formulaire pour envoyer votre histoire érotique!

A vos plumes !


Envie de laisser un commentaire sur le site? Une idée d'amélioration?

Faites le sur notre livre d'or !



Online porn video at mobile phone